vendredi 9 novembre 2018

Maurice DAMOUR, 20 ans, Mort pour la France (1895 - 1915)


Monument aux Morts de la ville d'Etrechy (91)
Source : photo personnelle


J’ai voulu m’intéresser aujourd’hui à Maurice Henri DAMOUR, mort en 1915, dont le nom est noté sur le monument aux morts de la commune de mon village, Etrechy (91).

Monument aux Morts de la ville d'Etrechy (91)
Source : photo personnelle


Un rapide coup d’œil au Livre d’Or d’Etrechy sur le site des archives nationales nous apprend qu’il est né le 16 juillet 1895 à Etrechy, qu’il était soldat au 204e régiment d’infanterie et qu’il est mort pour la France le 19 septembre 1915 à Camblain dans le Pas-de-Calais (62).
  

 Livre d'Or d'Etrechy page 4 - Maurice DAMOUR
Source : Archives nationales

Son acte de naissance sur le site des archives départementales de l’Essonne en date du 16 juillet 1895 nous informe qu’il est le fils de Albert Charles DAMOUR, mécanicien, 31 ans et de Pauline Eugénie BONNE, sans profession, 23 ans, demeurant à Etrechy.

 
Acte de Naissance de Maurice DAMOUR le 16 juillet 1895

L’année suivante, la famille n’habite déjà plus à Etrechy d’après le recensement de 1896 ; d’ailleurs les tables décennales ne nous indiquent aucune naissance, mariage ou décès entre 1893 et 1902 mis à part la naissance de notre Maurice DAMOUR qui est inscrit sous le nom de DAMOIN.

Cependant, quand on regarde la décennie précédente, on voit que les parents de Maurice, Albert Charles DAMOUR et Pauline Eugénie BONNE, se sont mariés le 28 mai 1892 à Etrechy.
Grâce à cet acte de mariage, on apprend que le père de Maurice est originaire de Corbeil-Essonnes (91) où il réside à l’époque avec ses parents, et que sa future épouse est née et domiciliée à Etrechy chez ses parents, Jacques BONNE et Virginie LANE.

Grâce à l’acte de décès de Charles DAMOUR (le grand-père de Maurice) en 1896, c’est finalement à Juvisy-sur-Orge (91) qu’on retrouve Maurice, âgé de 8 mois et ses parents  :



Absente d’Etrechy lors des recensements de 1901 et 1906, la famille DAMOUR a dû pourtant revenir y habiter car elle est déclarée résidente d’Etrechy en 1914, lorsque Maurice est recensé militairement à Versailles sous le matricule 212. 
De la classe 1915, il est classé dans la 1ère partie de la liste en 1914.
C’est la guerre, et la France a besoin d’hommes.

A 20 ans, il est décrit comme blond, les yeux gris bleus, le front et le nez moyen, le visage ovale, les lèvres minces et le menton à fossettes.
Il mesure 1.67m et il a une cicatrice sur le front.
Il est célibataire et dessinateur à la Cie P.O. (Compagnie des Chemins de Fer Paris-Orléans).

Registre Matricule de Maurice DAMOUR

Il sera incorporé à compter du 19 décembre 1914 comme soldat de 2e classe au 4e Régiment d’infanterie.

Blessé le 23 juin 1915 à Souchez (62 – Pas-de-Calais), il est reconnu par décret présidentiel en septembre 1920 comme un  "soldat courageux et dévoué. Blessé grièvement à son poste de combat".


De retour au front, il décède 3 mois plus tard le 19 septembre 1915 à Camblain-l'Abbé (62 - Pas-de-Calais) et déclaré Mort pour la France des suites de blessures.
Il est décoré de la croix de guerre étoile d’argent.



Fiche Mort Pour la France de Maurice DAMOUR


La transcription de son décès a été faite en date du 4 novembre 1915 dans les registres d’état civile d’Etrechy.




 Transcription de l’Acte de Décès de Maurice Henri DAMOUR
le 4 /11/1915 à Etrechy (91)



On retrouve son nom sur la tombe familiale au cimetière d’Etrechy où reposent ses parents.

Tombe familiale DAMOUR – Carré H – 4e Ligne – 1ere tombe
Cimetière d’Etrechy
Source : collection personnelle


On lit encore, mais avec difficulté, les inscriptions sur la pierre :

Ici repose
Maurice DAMOUR
Mort pour la France
Le 19 septembre 1915
A Comblain L’Abbé

Source : collection personnelle

Ce jeune homme de 20 ans seulement est mort au combat pour notre liberté.
Qu’il en soit ici remercié.

Vous pouvez retrouver ICI l'arbre généalogique de Maurice DAMOUR sur mon arbre Généanet.

----------

Sources :
Transcription de l’Acte de Décès de Maurice DAMOUR le 4 novembre 1915 (Mairie d’Etrechy)
Mémoire des Hommes : Fiche de Maurice Henri DAMOUR
Site des Archives Nationales : Livre d'Or d'Etrechy
Journal Officiel de la République Française sur Gallica : JO du 13 -Septembre 1920
Tombe DAMOUR, Cimetière d'Etrechy - Carré H – 4e Ligne – 1ere tombe



mercredi 11 novembre 2015

Clément Marcel GOUMARD (1888 - 1916)


Clément Marcel GOUMARD est inscrit sur le Monument aux Morts d'Etrechy (91).

Né le 18 septembre 1888 à Etrechy, Clément est le premier enfant de Frédéric GOUMARD et de Marie Ernestine CLIPET.

Son père, Frédéric Auguste est journalier et a 26 ans à la naissance de Clément. Il est originaire de la ville d'Arquian dans la Nièvre (58).

Sa mère, Marie Ernestine CLIPET a 25 ans en 1888. Elle est née et a grandi dans l'Eure-et-Loire (28) à Gommerville mais habite Etrechy depuis son premier mariage avec Alfred CHAUVEAU en octobre 1883. L'année suivante, ils auront une fille, Hélène mais le malheur frappera la famille et un an après Alfred CHAUVEAU mourra à 29 ans et à la fin de l'année suivante, c'est leur fille qui décède.

Difficile de dire comment Frédéric GOUMARD a rencontré Marie Ernestine CLIPET. Est-ce à Etrechy où le couple s'est marié en juillet 1887 ?
Arquian est pourtant distant de 175 kilomètres d'Etrechy.

Le couple y sera domicilié après leur mariage et c'est à Etrechy que naît Clément un an plus tard le 18 septembre 1888.

Acte de Naissance de Clément GOUMARD le 18 septembre 1888
AD 91 - 4E_3338 - Page 207


Clément aura 3 frères (dont l'un ne vivra que quelques mois) et 2 autres sœurs, tous nés à Etrechy entre 1890 et 1896 dont Lucien et Lucienne, des faux jumeaux nés en 1893.

On retrouve encore la famille à Etrechy dans le recensement de 1901 rue Fontaine. Clément a alors 12 ans.



Recensement 1901 Etrechy - Famille Goumard
6M_0131 - Page 34 et 35 / 50

Frédéric GOUMARD, 38 ans, journalier chez M. BELLAIN à Vau(celas) (91), chef de ménage, habite avec son épouse Marie CLIPET, 38 ans, sans profession et leurs enfants Clément (12 ans - leur fils aîné), Camille (9 ans - leur fils cadet), Lucien (7 ans - leur 3e fils), Lucienne (7 ans - leur fille aînée) et Olga (4 ans - leur fille cadette).

Cinq ans plus tard, aucune trace de la famille GOUMARD à Etrechy.
On retrouve bien le frère de Marie CLIPET, Paul, qui est marié et père de trois enfants, mais pas un seul GOUMARD dans les registres du recensement de 1906 d'Etrechy.


Etant né en 1888, Clément GOUMARD fait partie de la classe 1908 et c'est bizarrement à Paris au 1er bureau qu'il sera recensé sous le matricule 3254.

Pourquoi Paris ? La famille GOUMARD aurait-elle déménagé à Paris à cette époque ? Ou seul Clément réside-t-il dans la capitale ?
La réponse se trouve peut-être dans le registre matricule mais malheureusement, il faudra attendre d'aller en salle de lecture pour avoir peut-être la réponse.

On sait cependant que Clément GOUMARD deviendra caporal au 21e régiment d'infanterie coloniale (21e RIC).

Il est blessé le 27 juillet 1916 à Dompierre (80 - Somme) et décède le 6 août 1916 à l'hôpital 13 de Marcelcave (80) des suites de ses blessures.

Son décès sera transcrit le 7 février 1917 dans les registres de son dernier domicile à Saint-Denis (93).


Transcription du décès de Clément GOUMARD
dans les registres de Saint-Denis (93)

Le 1er février 1920, on pourra voir dans le Journal Officiel de la République Française :


JO du 1er février 1920 sur Gallica

Une tombe à son nom se trouve au cimetière d'Etrechy.


Tombe de Clément GOUMARD
Cimetière d'Etrechy (91)
Carré A 5e ligne 4e tombe #517

On peut y voir son portrait encadré par ses médailles.




Sa famille a préféré mettre comme date de décès le jour où il a été blessé à Dompierre, le 27 juillet 1916.




Clément Marcel GOUMARD, bien qu'inscrit sur le monument aux morts d'Etrechy, ne l'est pas sur le Livre d'Or de la ville.

On le retrouve par contre sur le livre d'Or de Saint-Denis dans le 93, où se trouve son dernier domicile connu au 19 rue Dézobry.


Livre d'Or de Saint-Denis (93) - Page 201
Source : Archives Nationales


Vous pouvez retrouver l'arbre généalogique de Clément Marcel GOUMARD sur mon arbre Généanet.



----------


Sources :

Acte de Naissance de Clément Marcel GOUMARD : AD 91 - Etrechy - 4E_3338 - Page 207
Acte de Mariage de Frédéric GOUMARD et de Marie Ernestine CLIPET : AD 91 - Etrechy - 4E_3338 - Page 167-168

Fiche Mémoire des Hommes : Fiche de Clément Marcel GOUMARD
Transcription de l'acte de décès de Clément Marcel GOUMARD du 7 février 1917 - Mairie de Saint-Denis (93)
Site des Archives Nationales : Livre d'Or d'Etrechy
Journal Officiel de la République Française sur Gallica : JO du 1/02/1920
Tombe GOUMARD, Cimetière d'Etrechy - carré A 5e ligne 4e tombe #517
Site des Archives Nationales : Livre d'Or de Saint-Denis (93) - Page 201
www.memorial-genweb.org

lundi 23 mars 2015

Georges GIRARD (1888 - 1918)

Inscrit sur le monument aux morts ainsi que le livre d'Or d'Etrechy (91), Georges André GIRARD est décédé le 15 juillet 1918 à la Chapelle Monthodon (02 - Aisne).


Livre d'Or d'Etrechy (91) - page 6 -  Archives Nationales

Georges, né le 1er avril 1888 à Sermaise (91) de Georges Charles Désiré GIRARD, charretier et de Julie GOBIN, est le frère d'Henriette GIRARD, l'épouse de Gustave DIEULAFAIT, mort pour la France présenté précédemment.

Georges est le sixième enfant sur les huit du couple après Eugène (1878), Georgette (1881), Charles (1883), Henriette (1885) et Jules (1886).
Après lui viendront encore deux garçons, Arthur (1892) et Ariste (1900).

La famille vivra toutes ces années à Sermaise (91) après que Georges et Julie, les parents du petit Georges, aient officialisé leur union le 15 novembre 1880.
A cette époque, leur premier enfant, Eugène, a déjà un peu plus de deux ans et le couple reconnait l'enfant à cette occasion.
C'est donc sans difficulté qu'on peut suivre l'évolution de la famille à partir de leur mariage ; on retrouve le petit Georges en 1891 à 3 ans, en 1896 à 8 ans, ainsi qu'en 1901 à 13 ans où il est dit ouvrier agricole.


Recensement 1901 Sermaise - AD 91 - Page 14


En 1906, Georges est placé comme charretier à Villeconin (91) à 6 kilomètres de Sermaise, chez François COQUET, cultivateur.

Deux ans plus tard, puisqu'il fait partie de la classe 1908, Georges GIRARD est recensé à Versailles sous le matricule 3813.




Il est ainsi décrit : cheveux et sourcils blonds, yeux gris, front ordinaire, nez moyen, bouche moyenne, menton rond, visage ovale.
Taille : 1m77. degré d'instruction : 2 ; il sait donc lire et écrire.

On apprend dans sa fiche matricule qu'il est condamné par le Tribunal d'Etampes à 50 francs d'amende pour coups et blessures le 18 février 1907.
Incorporé le 1er octobre 1909 au 7e Régiment de Cuirassiers, il arrive au corps le même jour et est nommé cuirassier de 2e classe.
Il passera cuirassier de 1ère classe le 21 septembre 1910 et passera dans la disponibilité le 24 septembre 1911. Il obtient alors son certificat de bonne conduite.

Rappelé à l'activité par le décret du 1er août 1914, Georges, qui a alors 26 ans va le même jour épouser à Etrechy Lucienne Marcelle DUPUIS, couturière de 20 ans native du village.
Le lendemain, il partira rejoindre le 4e escadron du train des équipages militaires.
Il passera au 104e régiment d'artillerie lourde le 16 novembre 1915 et partira au front le 19 décembre 1915.
Fin 1917, il va passer de régiment en régiment : 119e régiment d'artillerie lourde en septembre, 103e régiment d'artillerie lourde en octobre et enfin, le 215e régiment d'artillerie de campagne début décembre 1917.

Disparu le 15 juillet 1918 à La Chapelle-Monthodon (02 - Aisne), il est déclaré tué à l'ennemi par jugement déclaratif du Tribunal d'Etampes du 27 juillet 1920.

Son décès sera transcrit dans les registres d'Etat civil d'Etrechy le 6 février 1921.


----------

Arthur GIRARD, un des frères de Georges, épousera le 8 juin 1920 à Etrechy Olga GOUMARD, la sœur de Clément Marcel GOUMARD, un autre enfant d'Etrechy Mort pour la France.


----------


Sources :

Acte de naissance de Georges GIRARD : AD 91 - Sermaise - 4E_3456 - Page 215
Acte de mariage de Georges GIRARD et Lucienne DUPUIS en date du 1 août 1914 : Mairie d'Etrechy (91)
Acte de mariage de Georges GIRARD et Julie GOBIN le 15/11/1880 : AD 91 - Sermaise - 4E_3456 - Page 90-91
Transcription de l'Acte de Décès de Georges GIRARD à Etrechy le 6 février 1921
Recensement de 1881 : AD 91 - Sermaise - Page 14
Recensement de 1896 : AD 91 - Sermaise - Page 14

Recensement de 1901 : AD 91 - Sermaise - Page 14
Registre matricule : AD 78 - 1R /RM 404, classe 1908, matricule 3813
Fiche Mémoire des Hommes : Fiche de Georges GIRARD
Site des Archives Nationales : Livre d'Or d'Etrechy
www.geneanet.org



lundi 12 janvier 2015

Gustave DIEULAFAIT (1882 - 1915)

Inscrit sur le Monument aux morts d'Etrechy (91) ainsi que sur le livre d'Or, Gustave Léon DIEULAFAIT est un enfant du pays.

Il est né le 29 décembre 1882 à Villeconin (91), village distant de 6 kilomètres d'Etrechy, d'Eugène Alexis DIEULAFAIT, 27 ans, employé de commerce né à Falaise (14 - Calvados) et de Julie HARDY, native de Villeconin, 20 ans, couturière.


Carte postale de Villeconin - XIXe et XXe siècle - AD 91 - 2Fi_187

Gustave perd son père à l'âge de 9 ans, en novembre 1891 alors que ce dernier est âgé de 36 ans. L'année d'après, c'est sa mère qui décède à seulement 30 ans. Orphelin, il va vivre à Villeconin chez son tuteur, son oncle Jules HARDY, et chez ses grands-parents maternels, Vincent HARDY et Emilie GAUTIER.

Cinq ans plus tard, en 1896, Gustave, alors âgé de 15 ans, vit toujours avec ses grands-parents.


Recensement 1886 Villeconin - AD 91 - 6M_303 - page 6

On le retrouve en 1902 lors de son recrutement militaire à Versailles sous le numéro de matricule 4351.
Il exerce la profession de maçon et est décrit de la façon suivante : cheveux et sourcils châtains, yeux jaunes, front bas, nez ordinaire, bouche grande, menton rond, visage ovale, taille : 1m69. Avec un degré d'instruction de niveau 2, il sait lire et écrire. Il est déclaré bon pour le service armé mais il est dispensé car il est soutien de famille.

Incorporé  à la 5e section de commis et ouvriers militaires d'administration le 14 novembre 1903, il est immatriculé le dit jour sous le numéro 499.
Passé le 8 juin 1904 au 4e régiment d'infanterie, il est nommé soldat de 2e classe le même jour.
Il est envoyé dans la disponibilité le 18 septembre 1904 et un certificat de bonne conduite lui est accordé.

Il passe dans la réserve de l'armée active le 1er octobre 1906 et retourne à Villeconin rue de Souzy chez sa grand-mère Emilie, son grand-père étant décédé en 1899. Il reprend son métier de maçon et travaille chez Fourgeau.

A peine trois mois plus tard, le 18 décembre 1906, Gustave DIEULAFAIT épouse à Villeconin Henriette GIRARD, une jeune domestique de 21 ans qui travaille chez la famille CHAUMETTE dans la même rue.

Elle est native de Sermaise (91), un petit village de 120 maisons et d'un peu plus de 400 âmes, situé à 6 kilomètres de Villeconin.




Le couple s'installe à Etrechy dès l'année suivante et leur fille Eugénie y naît le 30 mars 1908.


Extrait de l'Abeille d'Etampes du 4 avril 1908 - AD 91 - page 2

En 1911, la famille est installée rue des Moines Blancs à Etrechy.
Gustave DIEULAFAIT y habite avec son épouse Henriette et leur fille Eugénie.

Recensement 1911 - AD 91 - Etrechy -  6M_131 - page 4 


Il accomplit une première période d'exercices dans le 31e régiment d'infanterie du 25 août au 21 septembre 1908, et une deuxième période d'exercices, toujours au 31e RI du 28 mai au 13 juin 1912.

Rappelé à l'activité par suite de mobilisation générale, il arrive au corps le 12 août 1914 et est affecté comme soldat de 2e classe au 231e régiment d'infanterie de Melun.

Blessé le 10 janvier 1915 à Crouy (02 - Aisne) par un éclat d'obus dans la cuisse droite et le genou, il est envoyé le 12 janvier à l'hopital Majestic n°160 au 19 avenue Kléber, Paris 8e. Il y décédera quelques jours plus tard le 21 janvier 1915 des suites de ses blessures.

Le décès sera transcrit à Etrechy le 24 janvier et son décès sera mentionné dans l'Abeille d'Etampes, le journal local.


Extrait de l'Abeille d'Etampes du 30 janvier 1915 - AD 91 - page 2

Gustave DIEULAFAIT est enterré au cimetière d'Etrechy - carré B avec sa fille Eugénie, décédée en 2002 et son gendre Joseph DICHON.

Son épouse, Henriette GIRARD se remariera à Etrechy avec Louis Aristide BUISSON le 1er décembre 1919.
Elle y décédera le 12 juin 1958.

Vous pouvez retrouver l'arbre généalogique de Gustave DIEULAFAIT sur mon arbre Généanet.

---------

Sources :
Acte de Naissance de Gustave DIEULAFAIT : Non disponible sur le site des AD 91 - Villeconin car en cours de numérisation, et registre non disponible en mairie (seulement à partir de 1893)
Acte de Mariage de Gustave DIEULAFAIT et Henriette GIRARD : Mairie de Villeconin (91)
Transcription de l'acte de Décès de Gustave DIEULAFAIT : Mairie d'Etrechy (91)
Acte de Naissance d'Eugénie DIEULAFAIT du 30/03/1908 à Etrechy (91)
Acte de Naissance de Marie Henriette GIRARD du 17/03/1885 à Sermaise (91) - AD 91 - Sermaise - Page 159-160
Recensement de 1886 : AD 91 - Villeconin - 6M_303 - page 6
Recensement de 1896 : AD 91 -Villeconin - 6M_303 - page 6
Recensement de 1911 : AD 91 - Etrechy - 6M_0131 - page 40
Fiche Mémoire des Hommes : Fiche de Gustave DIEULAFAIT
Tombe DIEULAFAIT, Cimetière d'Etrechy - carré B
Site des Archives Nationales : Livre d'Or d'Etrechy
www.geneanet.org


jeudi 11 décembre 2014

Les frères BERNARD

Georges et Raymond BERNARD sont deux frères tous les deux inscrits sur le Monument aux Morts d'Etrechy (91). Nulle trace d'eux dans le livre d'Or d'Etrechy  mais ils sont bien tous les deux Morts pour la France : Raymond en 1914 et Georges en 1918.

L'aîné, Georges, est né le 11 septembre 1884 à Juvisy-sur-Orge (91), où ses parents, Jacques BERNARD, âgé de 25 ans, est employé de chemin de fer et son épouse, Mélanie VERNIÈRE, 18 ans, est dite sans profession. 


Acte de Naissance de Georges BERNARD

Cinq ans plus tard, en avril 1889, le couple aura une petite fille, Georgette, née aussi à Juvisy (91). Elle ne survivra que 5 mois.

La famille déménage peu de temps après à Morigny-Champigny (91) (après 1891), où Raymond naîtra le 30 novembre 1893.


Acte de Naissance de Raymond BERNARD

Trois ans plus tard, la famille habite toujours à Morigny, au lieu-dit de Jeurs et en 1901, on retrouve leur domicile au passage à niveaux de Morigny.
A cette époque, Jacques a 42 ans. Il est employé à la compagnie d'Orléans. Mélanie a 35 ans et sans profession. Georges, 16 ans, est apprenti serrurier chez Poirier à Etampes (91). Raymond, lui, a 7 ans.


Famille BERNARD - Recensement de 1901 de Morigny-Champigny (91) AD 91 - Morigny-Champigny - 6M_216 - Page 30

La famille a quitté Morigny-Champigny entre 1901 et 1906 puisqu'ils ne sont pas présents dans les registres du recensement de Morigny en 1906.
Ils n'habitent pas non plus à Etrechy en 1906, ni en 1911.


Raymond fait partie de la classe de 1913. Son recensement militaire se fait au bureau de Versailles. Il porte le numéro de matricule 296.
En 1913, il est ajusteur (ouvrier dont le métier est l'ajustage de pièces mécaniques) et domicilié à Saint Denis en Seine-et-Oise.
Il a un degré d'instruction 3, c'est-à-dire qu'il possède une instruction primaire plus développée.
Il est décrit comme faisant 1m62, les cheveux châtains et les yeux marrons, le front élevé et le nez rectiligne, le visage plein et le teint coloré, la bouche petite et les lèvres minces.
Il est incorporé à compter du 26 novembre 1913 au 61e Régiment d'artillerie de campagne (61e RA) comme 2ème canonnier et il arrive au corps le lendemain. Il est soldat de 2e classe le dit jour.
Huit mois plus tard, le 2 août 1914, la guerre est déclarée.
Raymond disparaîtra le 24 août 1914 à Nouillonpont (55 - Meuse). Il est déclaré décédé le 24 août 1914 par jugement du tribunal d'Etampes en date du 15 juin 1920. Son décès sera transcrit dans l'état civil de Morigny-Champigny (91) en date du 31 août 1920.


Registre Matricule de Raymond BERNARD AD 78 - 1R /RM 481, classe 1913, matricule 296 - page 517


Quant à Georges, il épouse Marie Louise AUBIGEON à Saint Denis (93) le 23 août 1910. Il sera quartier maître mécanicien torpilleur dans l'aviation maritime de Cherbourg et portera le numéro de matricule 23442.
Il  est Mort pour la France le 8 novembre 1918 à l'hôpital maritime de Cherbourg d'une bronchite pneumonie grippale (Mort des suites de maladie contractée en service). Son décès sera transcrit le 9 novembre 1918 à Cherbourg (50).

Fiche Mort pour la France de Georges BERNARD sur le site de Mémoire des Hommes


Les deux frères sont tous les deux enterrés dans la même sépulture au cimetière d'Etrechy (91) dans le carré C.


Vous pouvez retrouver la généalogie des frères BERNARD sur mon arbre disponible sur Généanet.


------


Sources :

Acte de Naissance de Georges BERNARD : AD 91 - Juvisy - 4E_3360 - Page 59
Acte de Naissance de Raymond BERNARD : AD 91 - Morigny-Champigny - 4E_3760 - Page 75
Recensement de 1891 : absent de Morigny-Champigny (91) Sont-ils encore à Juvisy-sur-Orge (91) ?
Recensement de 1906 : absent de AD 91 - Morigny-Champigny - 6M_216 et absent de AD 91 - Etrechy - 6M_0131

Recensement de 1911 : Morigny-Champigny non disponible sur internet et absent de AD 91 - Etrechy - 6M_0131
Registre matricule de Raymond BERNARD: AD 78 - 1R /RM 481, classe 1913, matricule 296 - page 517
Fiche Mémoire des Hommes : Fiche Mort pour la France de Raymond BERNARD
Fiche Mémoire des Hommes : Fiche Mort pour la France de Georges BERNARD
Tombe BERNARD, Cimetière d'Etrechy - carré C
Site des Archives Nationales : Livre d'Or d'Etrechy
www.geneanet.org
www.memorial-genweb.org